La garde-robe de Margot

Von admin, 16. Dezember 2022

C'est la triste histoire de Margot, et comment elle a obtenu sa garde-robe d'une manière extraordinaire.

Margot est née après la Seconde Guerre mondiale en Belgique. Pendant les 4 premières années de sa vie, elle était heureuse avec ses frères et sœurs. Mais un malheur est arrivé. Elle est tombée de la balançoire où elle jouait et s'est cognée la tête. Dès lors, elle a eu du mal à se concentrer et a été déclarée handicapée. Mais elle n'était pas handicapée, elle avait juste un peu plus d'efforts à faire pour apprendre. Aujourd'hui, elle dirait "limite".

 

Ses parents l'ont mise dans un internat, au début ils allaient la voir toutes les semaines. Puis sa mère est tombée enceinte et petit à petit, ils l'ont oubliée. Elle a grandi seule dans un pensionnat pour personnes ayant des problèmes mentaux.

 

Quand elle est devenue une femme, elle s'est intéressée aux hommes. Et elle est tombée amoureuse d'un bel infirmier d'âge mûr. Tout cela ressemblait à un conte de fées. Ils se sont mariés et elle a quitté l'internat pour vivre avec son mari.

 

Commence alors son deuxième emprisonnement, qui durera vingt ans. Le bel infirmier est un fou possessif et profitant de son amour, il l'enferme dans la maison et ne la laisse voir personne. Il l'a aussi battue, mais pas sur le visage, mais sur le corps pour qu'on ne puisse pas la voir. Margot n'avait pas d'amis, elle sortait à peine de chez elle. Elle n'a dit bonjour qu'à deux voisins, une famille belge et une famille pakistanaise.

 

Un jour, l'infirmier a oublié de verrouiller la porte, comme il le faisait toujours. Et Margot s'est enfuie. J'ai d'abord demandé de l'aide à la famille belge, qui n'a rien voulu faire.

 

Puis elle a frappé à la porte des Pakistanais et ils l'ont entendue. Ils ont vu les coups et ont eu du mal à comprendre ce qu'elle disait. Puis ils l'ont emmenée à la police qui ne l'a pas crue. Ils ont regardé le dossier de l'infirmière et n'ont rien vu de spécial.

 

Margot a eu peur et s'est enfuie. Elle a vécu dans la rue pendant plusieurs mois en tant que sans-abri jusqu'au jour où elle a rencontré par hasard la famille pakistanaise. Ils l'ont encore aidée et l'ont emmenée aux services sociaux. En quelques semaines, elle a obtenu un petit appartement à elle.

 

C'était un rêve après avoir vécu deux fois en prison et ensuite dans la rue.

 

Un jour qu'elle se promenait dans le centre-ville, elle a vu un magasin d'optique. Elle est entrée et a demandé s'ils pouvaient réparer ses lunettes. Il les avait depuis plus de 10 ans et ils étaient cassés et collés ensemble. L'opticien a été très gentil et lui a demandé si elle voulait faire corriger sa vue gratuitement.

 

Margot a accepté. L'opticienne a alors réalisé qu'elle ne pouvait pas lire les lettres parce que Margot ne savait pas lire. C'était normal puisqu'elle n'avait jamais été à l'école. Shéhérazade, le nom de l'opticien, a eu pitié d'elle et lui a donné les lunettes. Mais avant de partir, elle lui a demandé si elle avait besoin de quelque chose pour son petit appartement dont elle avait vraiment besoin.

 

Margot a dit qu'elle avait déjà un micro-ondes, mais qu'elle avait vraiment besoin d'une grande armoire pour ranger tous ses vêtements.

 

Shéhérazade a promis que dans un mois, elle aurait sa garde-robe. C'est ainsi qu'a commencé la formidable odyssée vestimentaire de Margot.

xxxxxxxxxxx

Elle a d'abord pensé à acheter une armoire d'Ikea. Elle en a trouvé un bon marché, mais c'était trop compliqué de l'amener à l'étage et de l'assembler dans la maison. Margot était âgée et n'a pas compris les instructions. Alors Shéhérazade a cherché sur Internet et a trouvé une belle armoire à un bon prix. Le propriétaire l'a réservé pour elle. Mais deux jours plus tard, il l'a appelée pour lui dire qu'il l'avait déjà vendue.

 

Scheherazade continué à chercher. Le destin a voulu qu'elle trouve une autre belle armoire, à deux rues seulement de l'endroit où vivait la vieille dame. Il n'y avait pas de temps à perdre, elle a cherché Margot en voiture et elles sont parties à la recherche de l'armoire.

 

Lorsqu'il est arrivé au 77 rue de la Esperanza, il a trouvé un grand camion de déménagement. C'était comme une révélation. Elle a supplié le chauffeur de l'aider et il a accepté. Ses deux fils lui rendraient service et emmèneraient l'armoire au troisième étage où vivait Margot.

 

Shéhérazade a frappé à la porte et rien. Personne n'a voulu ouvrir la porte. Elle commença à désespérer lorsqu'elle vit des meubles devant la porte 79. Elle eut une autre révélation et frappa à la porte de l'autre maison. Oui, c'était là. Il était là, l'homme avait donné un mauvais numéro.

 

Ils sont montés à l'étage où se trouvait l'armoire, une grande armoire en bois massif. Il était difficile à démonter mais pouvait être sorti avec beaucoup de précautions. Mais ils avaient besoin de plus de personnes pour les aider. Margot a appelé son amie pakistanaise qui est venue avec deux cousins.

 

Ils étaient tous là, poussant l'armoire et la portant dans les escaliers. Puis ils sont sortis dans la rue et ont bloqué la circulation. La police est venue leur donner une contravention, mais ils ont eu pitié de la vieille dame Margot qui était assise dans la voiture, épuisée.

 

Même la police les a aidés à charger l'énorme armoire dans la camionnette et les a escortés jusqu'à la maison de Margot. Monter l'armoire au troisième étage où vivait Margot n'a pas été facile. Mais au milieu de tous ces gens, ils ont réussi.

 

La garde-robe de Margot ne coûte rien. Le propriétaire n'a pas voulu demander d'argent, et le transporteur improvisé et ses deux fils non plus. Ils ont aussi économisé l'amende que les flics ne voulaient pas payer.

La fameuse armoire lourde était blanche, comme Margot le voulait. Et dans un sens, ça lui a porté chance.  Quelques semaines plus tard, elle rencontre un beau gentleman qui l'invite à déjeuner. La pauvre Margot a commencé à tomber amoureuse. Elle n'avait jamais connu l'amour dans sa vie. Ses parents l'avaient abandonnée et elle avait ensuite vécu pendant de nombreuses années avec un agresseur.

 

Elle avait le droit de trouver son prince charmant. Et elle l'a fait, mais d'une manière ironique. C'était peut-être l'armoire, personne ne sait ce qu'il y a dedans, ou ce qui en sort.

 

Et puis vint la grande déception. Son prétendant a avoué qu'il aimait sa compagnie, mais qu'il ne pouvait pas aller plus loin dans une relation. Il était gay. C'était la première fois qu'il se confessait à une femme. Margot n'a pas trouvé son mari, mais elle a trouvé un ami qui est sorti de l'armoire.

Kommentare