L'histoire d'une femme musulmane qui a su intégrer en elle le judaïsme et le christianisme.

Por admin, 7 Diciembre, 2022

Il ne s'agit pas d'une histoire théologique, mais d'une histoire allégorique, bien que très réelle, puisqu'elle est basée sur des événements vrais.

C'est l'histoire de Zaida. Elle est née à Casa Blanca, au Maroc, et à l'âge de 8 ans, elle est venue à Bruxelles. Sa jeunesse était semblable à celle de milliers de femmes musulmanes en Belgique. Elle a fait de sérieuses études de médecine et a été diplômée en gynécologie. Pendant de nombreuses années, elle a aidé des femmes blanches, noires et métisses à accoucher. Elle-même a eu trois beaux enfants. Il semblait que sa vie était parfaite. Puis on a découvert qu'elle souffrait d'une maladie extrêmement rare affectant ses reins et ses poumons. Le premier spécialiste qu'elle a vu lui a donné trois mois à vivre.

Zaida a fait une profonde dépression. Tout ce qu'elle avait construit s'effondrait.

Puis le premier miracle s'est produit : un voisin juif s'est pris d'affection pour elle. Il a décidé de donner un rein pour qu'elle puisse continuer à vivre. Il a également trouvé un hôpital à Gand qui pratiquait des transplantations.

L'opération a été un succès et Zaida se remet lentement. Cependant, son corps et son âme n'ont pas accepté le nouvel organe. Peut-être que certains commentaires d'amis l'ont influencée. Ils ont dit qu'un rein musulman était légal, mais pas un rein juif, car il était haram (interdit).

C'est grâce à sa sœur Nadia que Zaida a repris confiance en elle. C'était une nuit dans un hôpital de Gand, spécialisé dans les transplantations rénales. Zaida ne voulait pas manger et Nadia lui a dit de ne pas écouter les mauvaises voix, elle devait vivre pour ses enfants et aussi pour aider de nombreux autres enfants à naître.

Vous avez raison, dit-elle, Dieu veut que je vive.

 Et Zaida s'est mise à manger avidement et a récupéré rapidement.

Puis le deuxième miracle s'est produit. Un poumon est devenu disponible pour une transplantation. Il s'agissait d'un homme flamand, très religieux et chrétien, qui l'avait laissé pour en faire don au cas où il mourrait dans un accident. La seule condition qu'il a posée est que les organes qu'il donne aillent à une personne qui croit en Dieu.

L'opération a eu lieu dans un hôpital d'Anvers et Zaida s'est rétablie sans problème.

Elle a vécu 11 ans de plus.

Après sa deuxième transplantation, quelque chose a changé en elle, elle est devenue une meilleure personne et a consacré tout son temps à aider les autres. Elle a fondé un hôpital gynécologique à Tanger et a aidé de nombreuses femmes à accoucher en toute sécurité.

Elle était tellement aimée que lorsque la reine du Maroc elle-même est morte, elle a organisé un voyage d'urgence vers sa patrie pour être enterrée en terre musulmane. Elle a même renouvelé le passeport de sa famille qui avait expiré afin qu'ils puissent venir aux funérailles.

Maintenant, Zaida est de la poussière, et il importe peu que son cerveau soit musulman, son rein juif et son poumon chrétien. Ce qui compte, c'est que sa mémoire reste présente chez tous ceux qui l'ont connue, quelle que soit sa religion.

 

multimedia
Audio file

Comentarios